1708 cm Bazenet Pierre – Caillot Jeanne

source: AD21 4E20 art. 32

En nom de notre seigneur amen l’an de
l’incarnation d’iceluy courant mil sept cent huit le
cinquieme febvrier avant midy a Auxonne pardevant le notaire royal
soubsigné et en presence des temoins au bas nommés ont
comparus en leurs personnes Pierre Bazenet
fils majeur de deffunt Bénigne Bazenet laboureur a
Labergement et d’Elisabeth Theuret ses pere et
mere icelle Theuret cy presente et l’autorisante
d’une part. Et Jeanne Caillot fille procedante
de l’authorité de Dimanche Caillot laboureur a
Mailly l’Eglise et de Claudine Gavignet ses pere et
mere cy presents d’autre part.
Lesquelles parties des predittes authorités de leurs bon grés et
volonté et des advis de leurs parents et amis cy presents
assemblées ont fait et font entre elles les traittés accords
alliances de mariage en la forme qui suit.
A seavoir que lesdits futurs epoux et epouse seront unis
conjoints et associés par ensemble suivant la coutume
de ce pays et duché de Bourgogne qu’est par moitié
meubles quils ont et acquets quils feront pendant
leur futur mariage.
Suivant laquelle coutume la future epouse
demeurera douhée sur les biens du futur epoux
au cas que douhaire ay lieu de la somme de
dix livres cahcun an rachetable a une seulle
fois par les heritiers du futur epoux de la somme de
cent livres, et ce par forme de douhaire divis
et au cas quil exeda le coutumier le futur epoux
luy fait donnation du surplus.

Donnera le futur epoux a la future epouze
des bagues et joyaux nuptiaux jusqu’a la somme
de vingt livres.
En faveur duquel mariage laditte
Elisabeth Theuret veuve dudit Bazenet a constitué
en dit audit Pierre Bazenet son fils une maison qui
luy appartient située au village de Labergement, en quoy
quelle puisse concister en ca.ie de bois proche l’Eglise
avec touttes les terres qui en dependent provenant de la
damoiselle Molle aux heritiers de laquelle ou paye chacun an
trente cinq livres, la susdite maison non compris les terres
demi cuve estmé a quatre cent livres, sur laquelle
somme ladite veuve Bazenet consent que ledit Bazenet
son fils prenne deux cent livres pour l’egale a ses frères
et soeurs deja mariés, et deux cent llivres quelle
confesse luy devoir pour argent que ledit Pierre Bazenet
son fils luy a prete dans la necessité, de laquelle
somme elle luy a passé obligation pardevant Me Verdelet
notaire, a condition que ladite veuve Bazenet restera
dans ladite maison pendant sa vie durant
lequel temps elle sera nourie entretenue par lesdits
futurs epoux suivant son etat et condition sans qu’elle
soit obligé de payer aucuns loyers ny aucun interrets
des terres quelle abandonne cette part lesquels aussy
bien que touttes ses autres debits demeuront a la charge
desdits futurs epoux, et encore a la charge que ledit
Pierre Bazenet sera tenu en temps de majorité ou de
mariage de donner a Jeanne Bazenet sa soeur
un troussel en valleur de deux cent livres, ledit trousseau
semblable a celuy qui a esté fourni a Claudine
Bazenet femme de Jacques Drouelle laboureur a Mailly
Chatel, de laquelle Claude Bazenet son frere germain est
curateur et lequel au moyen de la promesse cy devant
faitte par ledit Pierre Bazenet futur epoux demeure
decharge de ladite charge de curateur sans
que pour raison de ce il faisse estre a l’advence en quiette
ny recherche de la part de qui que ce soit attendre que
les tous les parents cy apres nommés ont declarés quil na
rien touché ny recu pour ladite Jeanne Bazenet.
Et parce que ladite Jeanne reside encore avec sa

mere Elizabeth Theuret il est convenue entre les
futurs epoux et epouze qu’au cas quelle veuille
rester avec eux elle sera nourie et entretenue aux
frais desdits futurs epoux sans repetition a condition
quelle travaillera pour leur servir dans leur
vie et profession et leur obeira en tous commandements
licittes et honnetes.
Outre laquelle constitution dotalle cette part faitte
audit futur epoux par sadite mere de luy futur epoux sest
enore fait bon et riche de ses epargnes en la somme de
deux cent livres a laquelle ont esté esvallies presentement
entre les parties, cinquante chevaux que juments que
luy appartiennent acheptés de ses deniers servants a son
labourage, chariots, charrue et harnois en habillement
servant a s personne compris ceux quil a acepté
pour les futurs nopces, et en terres quil a ensemense
en semailles diverces au finage de Labergement
de touttes lesquels somme il sera ammeubly dans la
communauté celle de cent cinquante livres et le surplus
luy sortira et aux siens nature d’ancien.
Et au regard de la future epouze lesdits Dimanche
Caillot et laditte Gavignet ses pere et mere luy ont
constitués en dotte la somme de trois cent livres a
laquelle ont estés evalluées, prenant deux meres
vaches qu’ils luy livreront le lendemain des futures
nopces avec un troussel composé d’une paire d’armoire
de bois de noyer fermant a clef, six paire de draps
de lin, de toille de chanvre, une douzaine de serviette,
trois nappes deux en toille et une ouvragé? tout les
habillement et linges servant a son usage avec ses
habits de nopces, et outre ce, son lit garny
de laquelle somme il en sera ameubly dans la
communauté celle de cent livres et le surplus sortira a
la future epouse et aux siens nature d’ancien, tout
ainsy de mesme que si ledit surplus avoit fait tronc
et double tronc en sa famille.
Advenant le deces de lun ou de lautre des futurs
maries si cest la future qui decede la premiere ledit Bazenet
prendra avant partage ses habillements servant a sa
personne ses armes et cheval et outre les vingt livres
pour l’egalle aux joyaux de l’epouze, et si au contraire

ledit futur decede le premier en ce cas elle emportera avant
partage son lit garny linges et habillement servant a sa
personne et outre ce ses bagues et joyaux ou pour iceux vingt livres
a son choix.
Se reservent le pouvoir et puissance de se faire lun lautre tout
traittés, donnations de leurs biens ou de partie ainsy que bon leur
semblera et payeront leurs debits chacun en droit soit leurs debits
sur leurs propres biens contractés avant leur futur mariage.
Et ces choses ainsy faittes et passés lesdits futurs epoux et epouse
ont promis et promettent de se prendre en foy de loyal mariage et
iceluy solanites en face de d’Eglise le plustot que faire ce pourra a
peyne de tous depens dommages interrets a la seurete de quoy
ils ont obligés leurs biens par la cour de la Chancelerie et renoncant.
Fait leu et passé audit Auxonne les an et jour susdits en presence de
Claude Bazenet laboureur aux Granges de cette ville, frere
germain dudit futur epoux, Jacques Drouelle manouvrier a Mailly
Chatel beau frere dudit futur epoux, Pierre Theuret lesné bourelier a
Auxonne oncle dudit futur epoux, Nicolas Claives chevrier
audit lieu, aussy oncle dudit futur epoux a cause de Jeanne Theuret
sa femme, Jean Malarbet laboureur a Labergement aussy
oncle du futur epoux a cause de Anne Theuret sa femme, Claude
Godin manouvrier audit Labergement cousin germain dudit futur epoux,
Jean Bouchard laboureur audit Labergement aussy oncle dudit futur
epoux a cause de Louise Bazenet sa femme,
claude Bazenet lesné laboureur audit
Labergement cousin dudit futur epoux, Jean Baudon laboureur a Champdôtre
oncle de ladite future epouse a cause de Claudine Caillot sa femme
et Claude Bazenet cousin germain du futur epoux, et encore en
presence de Jacques boillaud clerc audit Auxonne temoins lesdits
futur epoux et epouse ont declares ne seavoir signer de ce enquis. Et a
legard de tous les autres parents et amis cy devant denommés ceux
qui ont seu signer se sont soubsigné, les autres ont declares ne le
seavoir faire aussy pareillement enquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.