1713 cm Gavignet Bénigne – Malarbet Marie

source: AD21 4E20 art. 123

L’an mil sept cent treize le douziesme
decembre avant midy au lieu de
Labergement, prdevant, le notaire Royal resident
a Auxonne soubsigné et en presences des
temoins au bas nommés ont comparus en
leurs personnes Benigne Gavignet fils majeur
de furent Pierre Jacques Gavignet laboureur a
Mailly et d’Anne Sautherot ses pere et
mere d’une part.
Et Marie Malarbet fille de feue Hugue
Malarbet laboureur audit Labergement procedant
de l’aucthorité de Louise Richomme
veuve dudit Malarbet sa mere d’autre part.
Lesquelles partyes du voulloir et
consentement de ladite Richomme et de
leurs parents, assemblés ont traités et
accordés les alliances de mariage qui suivent.
Seavoir que lesdits futurs seront mariés pour
estre unis et conjoints en tous biens acquets
et conquets quils feront pendant leur communauté
suivant la coutume de Bourgogne.
Suivant laquelle ledit futur promet de
donner a ladite future espouse des bagues
et joyaux pour la celebration de leur future
nopce, en valleur de la somme de
cinquante livre qui luy demeureront
propres et aux siens.

En cas que douhaire ayt lieu ladite
future sera douhée sur les biens dudit futur
d’un douhaire divis de la somme de trois
cens cinquante livres pour une fois payé; et en
cas quil excederoit le coutumier, ledit futur fait
par cette donation a ladite future l’usufruit quil
promet de faire insinuer dans le temps de l’ordonnance
a ses frais.
Se marie ledit futur espoux pour la somme
de huit cens livres consistant, tant en fond
d’heritage commandise de vaches; et en autres bons
effets, sur laquelle somme il en sera ameubly
au proffit de ladite communauté celle de trois cens
livres, et le surplus luy sortira … d’antien
et aux siens; comme si le tout avoit fait tronc
et double tronc en sa famille en quelque main
que le tout puisse passer.
Ladite Richomme en faveur dudit mariage a
constitué en dot a ladite Marie Malarbet sa fille
la somme de trois cens livres, tant en avancement
de son hoirie que pour les droits paternels du
son pere; laquelle somme elle promet de luy
payer dans un an prochain ou plustot si elle
peut; outre quoy elle luy a livrée un troussel
en valleur de la somme de trois cens livres
veu et reconnu par ledit futur qui si en est
contenté sur lesquelles sommes sera ammeubly
au proffit de la communauté cens cinquante livres, et le
surplus luy sortira nature d’antien et aux siens;
comme si le tout avoit fait tronc et double
tronc en sa famille, en quelque main que le
tout puisse passer.
La dissolution du mariage arrivant
si cest le futur qui survive; il emportera
avant tout partage les habits servants a sa
personne, les armes et batons de guerre

Et outre ce la somme de cinquante livres
pour lesgalles aux joyaux de ladite future espouse.
Et si c’est ladite future qui survive elle emportera
aussy avant partage les habits et linges servants a sa
personne, sa chambre garnie; ou pour icelle la somme de
quatre cens livres, le tout a son choix, et du consentement
dudit futur;
S’il se vend et allienne des heritages, pendant la future
comunauté, le remplacement en sera fait des deniers qui en
proviendront, et dont ledit futur sera garent.
Et voulant lesdits futurs se marquer en temoignages
d’amitié en faveur dudit futur mariage et par se moyen
regler entreux, comment, pouvoir faire dans un estat de
maladie; icelui futur a fait et fait par cette donnation a ladite
future de tous ses biens; meubles et immeubles; et en quoy
que le tout puisse consister; et ceux qu’il peut acquerir
pendant leur communauté pour par ladite future s’en diviser
investir a l’heure du deces dudit futur, a la charge de
payer les debtes de leur communauté et reciproquement ladite
future a fait pareille donnation audit futur en cas
qu’elle vienne a deceder avant ledit futur a la charge
neantmoins que ladite Richomme sa mere aura l’usufruit
tant de la constitution dotalle, que des biens qu’elle
pourra acquerir pendant ladite communauté avec ledit futur
ce que ledit futur accepte et promet de l’executé
a peine d’interests et depens; et de faire insinuer la presente
donnation par tout ou il sera besoin, a ses frais.
Se Reservant au surplus lesdits futurs le pouvoir de se
faire toutes actes donnations quils jugeront a propos, sans neantmoins
pouvoir veu se que celle cy dessus sans quelque pretexte
que ce soit, comme aussy d’aprehender touttes successions
directes; et collateralles qui seront composes dans ladite
donation.
Dont et du tout les partyes sont daccord et contentes
a la seurete de quoy elles ont obligés leurs biens presents
et avenir, et promettent de se retrouver en face de l’esglise
pour y recevoir la benediction nuptialle, a peine d’interests
et depens; obligeant pour ce fait leurs biens par la cour
de chancelerie du Duché de Bourgogne renoncant de fait et
passé audit Labergement en la maison de ladite Richomme
en presences d’Antoine et Claude Gavignet freres dudit
futur; de Pierre Malarbet frere a ladite future, de Jean
Malarbet son oncle, de Claude Fuzier laboureur a Villers les Pots
beaufrere a ladite future, de Jean Cerf, et Jean Begrand
cousins ausdits futurs, de Pierre Gavignet neveu dudit futur
et d’Antoine Ponteney clerc a Auxonne, trouvé audit
Labergement, témoins requis et soubsignés ceux l’ayant
seus … de ce enquis et encore en presence de Claude
Godin cousin a ladite future qui s’est aussy soubsigné
lesdits futurs ne le sachant faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.