1725 cm Robardet Claude et Trouillard Marguerite

source: AD21 4E19 art. 31 Me Robardet

Lan mil sept cent vingt cinq le quatre
avril aprez midy au lieu d’auxonne en l’etude
et pardevant le soussigné notaire Royal de la
ditte ville y resident et en presence des temoins
en fin nommés ont coparus en leurs personnes
Claude Robardet chartier en cette ville dune
part.
Margueritte Trouillard fille de Jacques Trouillard
laboureur aux granges du corps de feue Barbe
Moniot ses pere et mere d’autre.
Lesquelles partyes des avis, et consentement
de leurs parents et amis cy presents assemblés
ont fait, et font entrélles les traitté, et
convention de mariage dont la teneur suit.
Seront les futurs epoux, et epouse mariés
suivant la coutume de ce pays qu’est par
moitié meubles, et acquets qu’ils ont, et
auront pendant leur futur mariage.
Donnera le futur epoux a la future

epouse des bagues, et joyaux jusqu’en valeur
de la somme de vingt livres qui demeureront
propres a la future epouse et pour le jour
des futurs nôces.
Sera douee la ditte future epouse sur les biens
dudit futur epoux au cas que douaire ait
lieu dune somme de soixante livres payable
par les heritiers du futur a la future, a une
seulle fois du quel douaire il luy fait donation.
Se marie le futur epoux pour ses biens,
meubles, et effets consistants en chevaux,
charrue, arnois, ensemensures de grain, et
bons meubles le tout etant en valleur de
la somme de cinq cent livres de laquelle
somme il en sera ameubly dans la
communauté celle de trois cent livres, et
pour les deux cent livres restant elles
sortiront au futur, et aux siens nature
de propre et ancien comme si laditte
somme de deux cent livres avoit fait
tronc, et double tronc en sa famille en

quelques mains que le tout puisse passer.
A legard de la future epouse epouse elle
se fait bonne riche pour la somme de
cent livres consistant en bons effets
servants a sa personne provenant de ses
epargnes propres, et particulieres veus et
reconnus par le futur qui s’en contente de
laquelle somme de cent livres il en demeurera
ameubly dans la communauté celle de soixante
livres, et pour les quarante livres restant
elles sortiront a la future, et aux siens
nature de propre, et ancien comme si lesdittes
quarente livres avoient fait tronc et
double tronc en sa famille.
Et parceque ledit futur a de son premier
mariage avec feue Françoise Bonvallot
deux enfans seavoir Jean, et Nicolle
Robardet, et que lors de leur acte tutelaire

ils leurs a eté rien fait pour leurs droits
maternels ledit futur desirant de les
reconnoitre pour les mêmes droits maternels
du consentement des partyes et parents cy aprez
nommés ledit Claude Robardet leur donne
et reconnoit ses deux premiers enfans pour
leurs droits maternels de chacun une somme
de soixante livres qui leur sera payée lors
de leur majorité ou etablissement par mariage
sur les biens de la communaute que les
futurs contractent, outre quoy ils seront
nourris et entretenus jusquaudit age de
majorité ou de mariage aux frais de la
communauté et ou l’un deux viendroit a mourrir
les soixantes livres tourneront au survivant
qui aura cent vingt livres.
Arrivant le decez du futur epoux avant
celuy de la future epouse, ou celuy d’icelle
future avant celuy du futur le survivant
aura, et emportera avant partage les habits

et linges servants a sa personne avec un
lit ou pour le tout la somme de soixante
livres au choix du survivant.
Se reservent les futurs epoux, et epouse le
pouvoir de disposer de leurs biens presents,
et avenir l’un au proffit de l’autre soit
par testamment donnation a cause de mort
ou tel autre acte qu’ils jugeront a propos,
non obstant la coutume a ce contraire a la
quelle ils derogent pour ce regard
seullement.
Se reservent pareillement touttes successions
qui pourroient leur arriver pour en
disposer chacun en droit soy aussy quils
jugeront a propos a la reserve des meubles
meublants qui resteront confondus dans
la communauté.
Et les choses ainsy faittes, et conclues
les futurs epoux, et epouse ont promis, et
promettent de se retrouver incessamment

en face de notre mere ste eglise pour
y recevoir la benediction nuptialle a peine
de tous depens dommages et interests pour
seurté de quoy ils obligent leurs biens
presents, et avenir par la cour de la
chancellerie & Renoncant & fait leu, et
passé audit auxonne en presence, et du
consentement dudit Jacques Trouillard pere
de la future, de François Feuillebois mary de
Marie Trouillard soeur de la future, de
Jean Trouillard oncle dicelle future, de Claude
Guignet amy du futur et de Guillaume Mourez
clerc audit lieu temoins requis et encore en
presence de Louis Borthon, et de Jean Jacquet
aussy clercs audit lieu les futurs, et les parents
et amis ayant declaré ne scavoir signer de se
enquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.