1725 vente Robardet frères et soeur – Taulin Louis

source: AD21 4E19 art. 31 Me Robardet

Lan mil sept cent vingt cinq le cinquieme
may avant midy au lieu d’auxonne en l’etude
et pardevant le soussigné notaire Royal
de laditte ville y resident et en presence des
temoins en fin nommés ont comparus en leurs
personnes Claude Robardet dit Alix,
Jacques Robardet freres, et Jean Barreau
mary de Margueritte Robardet leur soeur,
lesquels solidairement et l’un pour l’autre sans
division ont par cette et aperpetuité fait vente a
Louis Taulin laboureur audit Flammerans, et
a Françoise Robardet sa femme cy presents, et
acquerans, aussy aperpetuité pour eux, et
les leurs environ trois quartiers de terre finage
dudit flammerans, lieu dit au meix Feuriant
de soleil levant le grand chemin tirant a
pesme, du couchant Jean Leculiier de bize
Mr Suremain, et de vent la rue traversenne
et environ la moitié d’un demy tier de terre
scitué audit flammerans, qui repartage avec
Jean, Jacques Robardet, et autres, du levant

Jean Jacques Robardet, du couchant un
treige commun de bize la rue des orneaux, et
de vent ledit Jean Jacques Robardet sauf
auxdits heritages cy dessus declarés leurs autres
plus vrays, et meilleurs confins la presente vente
faitte entre les partyes chargée de leurs charges
et pour et moyennant le prix et somme de
cinquante deux livres de laquelle sommme de
cinquante deux livres les acquereurs en ont
payé aux vendeurs cejourduy celle de trente
neuf livres dont ils ont dit etre contents, et satisfaits
et a legard des treize livres restant dûes audit
Claude Robardet pour le payement de laquelle
ledit Taulin et sa ditte Françoise Robardet sa
femme ont par cette pour eux, et les leurs, et a
perpetuité fait vente audit Claude Robardet
dit Alix d’un demy quartier de terre scitué au
finage dudit flammerans, lieu dit a la marre du
charty, du levant la ditte marre, de bize Claude
Monin Baroil de vent Mr de Flammerans et du
couchant Philiberte Robardet, sauf ses meilleurs
confins, icelle vente faitte, pour, et moyennant la ditte
somme de treize livres que le dit acquereur a payée
aux vendeurs en ce qu’il demeurent d’autant quitte
envers luy de celle susditte de treize livres qu’ils
luy devoient au moyen de quoy les vendeurs cy

dessus denommés se sont devetus et devetent des
choses par elles cy dessus vendues reciproquement
et en ont invetus, et invetent pour eux, et les
leurs les acquereurs auxquels ils promettent
toutte conduitte, et garantye necessaire envers
et contre tous, pour seurté, et accomplissement du
tout les partyes obligent respectivement leurs
biens presents, et avenir par la cour de la
chancellerie & renoncent & fait leu, et passé
audit auxonne les an et jour avant dit en
presence de Jean Jacquet, et de Guillaume
Mourez clercs audit auxonne tesmoins requis
ledit Taulin, sa ditte sa femme et ledit Claude
Robardet ayant declaré ne scavoir signer de ce
enquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.