1737 cm Saunois Jacques – Pilard Geneviève

source: AD21 4E19 art. 36 Me Mourey

Lan mil sept cent trente sept le vingt
neuf janvier aprez midy a Auxonne pardevant
le soussigné notaire royal de ladite ville y resident
et en presence des temoins en fin nommés a
comparu en sa personne Jacques Saunois Batelier
en ladite ville fils DEmé Saunois manouvrier
en ladite ville et de Catherine Gavet ses pere et
mere procedant de lautorité dudit Edmé Saunois
son pere dune part.
Genevieve Pilard fille procedante de lautorité
de Maurice Pilard Batelier en ladite ville et de
Simone Pochet ses pere et mere d’autre.
Lesquelles parties des avis et consentement de
leurs parens et amis cy presens assemblés ont fait
et font entrelles les traitté et convention de
mariage dont la teneur suit.
Seront lesdits Jacques Saunois et Genevieve
Pilard maries uns et communs en tous
meubles qu’ils ont et conquets quils
feront et auront pendant leur communauté
le tout suivant la Coutume de ce pays et Duché
de Bourgogne.
Donnera ledit Jacques Saunois a ladite

Pillard des bagues et Joyaux le jour de la
celebration des noces en valeur de la somme de
trente livres lesquelles sortiront a ladite future et
aux siens nature de propre et dancien comme
si elles avoient fait tronc et double tronc en sa
famille.
Sera douée ladite future au cas que douaire es
lieu d’un douaire divis de la somme de cinquante
livres a prendre sur le plus clair des biens dudit
futur qui luy fait par ces presentes donation dudit
douaire, de ce enquoy il pouroit exceder le coutumier
laquelle donation entre vifs il promet faire insinuer
a ses frais et depens a peine de dommage et interets
regles des a present a ladite somme de cinquante livres.
Se marie ledit futur epoux pour ses epargnes
en valeur de la somme de deux cent livres
consistant, en habits, nipes et linges servans a sa
personne, et argent comptant veu et reconnu par
ladite future et ses parents qui en sont contens
de laquelle constitution il en sortira audit futur ou
aux siens la somme de cent livres nature de
propre et ancien comme si le tout avoit fait tronc
et double tronc en sa famille, et quant aux
cinquante livres restant elles demeureront ameublies
dans la communauté.
En faveur du present mariage lesdits Maurice
Pilard et Simone Pochet constituent en dot a ladite
Genevieve Pilard leur fille la somme de trois
cent livres consistant en lit, armoire, habits,

nipes et linges servans a sa personne et autres
meubles et effets veu et reconnu par ledit Jacques
Saunois et ses parens qui en sont contens, de la
quelle constitution dotalle il en sera ameubly la
somme de cinquante livres, et quant aux deux
cent cinquantes livres restant elles sortiront a ladite
future et aux siens nature de propre et dancien
comme si le tout avoit fait tronc et double tronc en
sa famille.
Arrivant la disolution du futur mariage le
survivant prendra et emportera avant tout
partage son lit, et ses habits et linges servans a sa
personne, en letat que le tout se trouvera ou pour le tout
la sommme de quarente livres au choix du survivant
outre quoy si cest la future qui survit elle emportera
et aura ses bagues et joyaux ou la somme de trente
livres.
Se reservent les futurs epoux et epoux la faculte
de se donner l’un a l’autre tout ou partie de leurs
biens, par testamens, donation et tels autres actes
de derniere volonté qu’ils jugeront a propos non obtant
la coutume de ce pays et Duché de Bourgogne a laquelle
ils derogent en ce qu’elle pourroit etre contraire a la
presente clause.
Et les choses ainsy faites et conclues les parties
ont promis de se retrouver incessament en face de
notre mere ste eglise pour y recevoir la benediction
nuptialle a peine de dommage et interets, fait leu

et passé en la maison et residence desdits Maurice
Pilard et Simone Pochet en presence et de lavis
du sieur Pierre Morelet marchand audit Auxonne
d’Antoine Pochet Batelier audit Auxonne
ayeul de ladite future, de Louis Liebard maitre
Boulanger audit Auxonne cousin dudit futur de Louise
Valet femme dudit Liebard cousine dudit futur, de
Jacquette Perron femme de François Bernard marchand
a Auxonne, de Louise Bernard cousine du futur, de
Louis Flachot maitre cordonnier audit Auxonne et
se sont lesdits Jacques Saunois Maurice Pillard soussignés
avec Louis Liebard Louise Vatet Jacquette Perron et
Louise Bernard, le sieur Pierre Morelet, Louis Flachot
et Jean Baptiste Humbert maitre cordonnier en
cette ville, ladite future et autres parties ayant
declaré ne scavoir signer de ce enquis, pour seurté
les parties obligent leurs biens present et avenir par
la cour de la Chancellerie & Renoncant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.