1740 cm Champion François – Guinié Claudine

source: AD21 4E20 art. 22

L’an mil sept cent quarante le dix huit
octobre avant midy en la ville d’Auxonne en l’etude
et pardevant le notaire royal y residant soussigné
en presence des temoins en fin nommés ont comparus
en leurs personnes François Champion fils mineur
de Claude Champion laboureur a Villers les Pots et de
feue Anne Teste ses pere et mere, yceluy procedant
de l’autorité en tant que de besoin seroit dudit Claude Champion
son père d’une part.
Claudine Guinié fille mineure de Claude
Guignié marchand audit Villers les Pots et de Anne
Fourcaut ses pere et mere, ycelle Guignie authorisé pour
le présent fait de sondudit père d’autre part.
Lesquelles partyes des avis de leurs parents et amys
cy après nommés ont faittes et font entre elles les
traités et alliance de mariage ainsy que s’en suit.
A savoir que lesidts Champion et Guignie seront
mariés unis conjoints par ensemble suivant la
generalle coutume de ce pays et duché de bourgogne
qu’est par moityé meubles quils ont auront et acquets
qu’ils feront constant leur futur mariage.
Donnera ledit futur epoux a laditte Guignié sa
future epouze des bagues et joyaux au jour de la

solemnité de leur mariage jusqu’en valleur de la
somme de quarante livres qui luy demeureront propres
et dont ledit Champion son futur luy en fait don
en faveur du présent mariage.
Sera douée la future epouse sur les biens dudit
Champion son futur au cas que douaire
ayt lieu qui demeure reglé entre eux a la forme de la
coutume.
Ledit Claude Champion père du futur epoux
luy constitue en dotte la somme de cent vingt livres provenant
de ses droits maternels a la forme de son acte tutellaire
fait en la justice dudit Villers les Pots après le décès dicelle
et en avencement de son hoirie la somme de trois cent
livres ce qui compose pour le tout la somme de quatre
cent vingt livres laquelle le dit Champion père du
futur epoux payera a sondit fils tous quil en sera
acquis pour son dit fils de laquelle somme le futur
epoux en ameubliera dans la communauté celle de
cent livres le surplus dicelle luy sortira et aux siens
nature d’ancien héritage sujet a retour en quelques mains
que le tout puisse passer soit en ligne directe ou collateralle
et comme si le tout avoit fait tronc et double tronc
en sa famille.
Et au regard de la ditte Claudine Guignie
ses pere et mere luy ont constitués en dotte
la somme de deux cent livres et son trousel composé
d’une paire d’armoire lit garny nappes draps serviettes

ses habits nuptiaux et autres effets servant a sa
personne ledit trousel livrable le lendemain
de son futur mariage et au regard payable
des deux cent livres payable soit en espargnant
… ou en fonds en valleur de cette somme
au choix de laditte Claudine Guignie et de son futur
laquelle somme de deux cent livres avec celle de
cent livres a laquelle les pere et mere de la future
epouse ont estimés ledit troussel compose sa
constitution dotalle a la somme de trois cent
livres desquelles la ditte Claudine Guignie future
epouze ameubliera pareillement dans la communauté
celle de cent livres, le surplus de sa constitution
lui sortira et aux siens nature d’ancien heritage
sujet a retour en quelques mains que le tout puisse
passés soit en ligne directe ou collateralle et
comme si la ditte constitution avoit fait tronc
et double tronc en sa famille.
Seront les futurs epoux et epouse acquittes
de touttes dettes par leurs pere et mere jusqu’à
ce jourd’huy.
Et d’autant que les futurs epoux et epouse
feront leur residance avec le dit Claude Champion
autant de temps quils en seront bien avec luy
iceluy Claude Champion promet de s’obliger

de les nourrir et entretenir suivant leur etat
de même que les enfants qui seront procrés de leur
mariage et de payer leur taille autant quils y soient
imposé a la charge néanmoins de part lesdits
futurs epoux et epouze travailleront pour ses droits
Claude Champion pere dans ledit temps sans aucune
repetition de leur part. Lesquels futurs epoux et epouse
pouront neantmoins ensemenecer a leur profit
quelques hectares pour … en …
particuliers et se serviront des graisse et fumier
ensemble des chevaux et harnois dudit Claude
Champion père.
Arrivant la dissolution de la future communauté
en ce cas le survivant aura et emportera avant tout
partage les habits et linges servant a sa personne
avec son lit garny une paire d’armoire en l’etat
que le tout sera, outre quoy aura l’epoux sil
survit ses ses armes ou pour valleur la somme de
quarente livres et au cas que ce soit la future
epouze pareille somme avec les bagues et
joyaux a elle cy devant donné.
Se reservent les futurs epoux et epouse
la faculté de disposer au profit l’un de l’autre
soit de la totalité de leurs biens ou usufruit …
par testament donnation ou autres actes que

bon leur semblera derogeant pour ce
regard a la coutume.
Se reservent en outre lesdits futurs epoux
et epouse touttes successions directes ou collateralles
qui lui pourront arriver pour leur sortir chacun
a leur egard nature d’ancien a l’exeption des
meubles qui entreront dans la communauté
Le surplus du present traite de mariage
demeure reglé entre lesdits futurs epoux et epouse
a la forme de la coutume de ce pays et duché
de Bourgogne.
Dont et de tout ce que dessus ainsy
reglé entre les partyes lesdits futurs epoux
et epouse ont dit etre contant et daccord
et promettent l’execution nottament de se
representer incessament en face de notre
mere sainte eglise pour y recevoir la bénédiction
nuptialle a peine de tous interets et depens
obligeant pour cet effet lesdits futurs epoux
et epouse leurs biens par la cour de la Chancellerie
et renoncant. Fait lue et passé audit

Auxonne en letude du soussigné notaire
en presence de François Champion cousin germain
du futur époux, de François Chabet aussy son
cousin, de François Fussier, Pierre Racle, Pierre
Fusier, François Dumay, de Claude Valanchot
Claude Dumay, François Leboeuf, de François
Amanton parain de la future epouse tous residents
audit Villers les Pots parents desdits futurs
epoux et epouse, de François Thiemore clerc en
cette ville et du sieur Nicolas Delaramiise
maitre … en la ditte ville, temoins
requis se soussigner avec eux les partyes, le
sachant faire et moy le notaire les
autres ayant declares ne le savoir faire
de ce enquis et invités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.