1747 cm Chevalier Michel – Cherchilley Marie

source: AD21 4E19 art. 40

Pardevant les notaires royaux
de la ville d’Auxonne residants soussignés
le neuvieme de juillet mil sept cent quarante
sept apres midy audit Auxonne ont comparus
en leurs personnes Michel Chevalier natif de
Sainjo province de Velay paroisse du
Puit fils majeur et usant de ses droits de Jacques
Chevalier scieur de long demeurant audit Sainjo
et de feue Marie Philiberte Marichaud ses pere et mere.
Iceluy Michel Chevalier scieur de long demeurant
actuellement audit Auxonne d’une part.
Marie Cherchilley fille mineure
de feurent Gaspard Cherchilley laboureur aux
granges d’Auxonne et de Catherine Bosseron
ses pere et mere, icelle procedante de l’autorité
de Pierre Clemence lainé maitre marechal
demeurant audit Auxonne son cousin issu de
germain a cause de sa femme et son tuteur
cy present et l’autorisant d’autre.
Lesquelles parties des avis et consentement
de leurs parents et amis cy presents assemblés
ont fait et font entre elles les traité et
convention de mariage dont la teneur
suit.

Seront lesdits Michel Chevalier et Marie
Cherchilley mariés unis et conjoins en leurs biens
acquets et conquets qu’ils ont et auront pendant
leur futur mariage suivant la coutume generale
de ce pays et Duché de Bourgogne.
Donnera ledit futur des bagues a la future epouse
des bagues et joyaux en valeur de la somme de
quinze livres le jour de la celebration des futures
noces, lesquelles sortiront a ladite future nature de
propre et dancien et dont ledit futur fait donnation
entre vif a ladite future, qu’il promet faire
insinuer a ses depens.
Sera douée ladite future sur les biens dudit futur en
cas que douhaire ait lieu d’un douhaire divis
et prefix d’une somme de vingt une livres une
seule fois payée, duquel douhaire le futur fait
donnation entre vif a ladite future de ce en
quoy il pouroit exeder le coutumier.
Se fait bon et riche ledit futur en la somme de
cent cinquante livres consistant en argent et
outils de son metier de laquelle somme il en sera
ameubly dans la communauté celle de trente
livres et quant au cent vingt livres restant
ils sortiront audit futur et aux siens nature de
propre et d’ancien comme si elles auront fait
tronc et double tronc en sa famille.
Se fait bonne et riche ladite future en la somme
de cent livres provenant de ses epargnes propres
et particulières consistant en habits, linges, et
troussel outre quoy ledit Clemence son tuteur

luy constitue en dot pareille somme de
cent livres sur et a compte de ses droits
tutelaires ladite somme de cent livres payable
par ledit tuteur en habits nuptiaux et autres
effets et en argent inconliment apres la
celebration des noces de laquelle constitution
dotalle il en sera ameubly dans la communauté
la somme de trente livres et quant au surplus
il sortira a ladite future et aux siens nature de
propre et d’ancien comme sil avoit fait tronc
et double tronc en sa famille.
Se reservent lesdits futurs toutes successions directes
ou collateralles pour sortir chacun en droit
nature de propre et d’ancien a l’exeption seulement
des meubles meublant qui demeureront confondus
dans la communauté non obtant la coutume de ce pays.
Se reservent aussy lesdits futurs la faculté de
disposer l’un au profit de l’autre de tout ou de
partie de leurs biens par tels actes que bon
leur semblera derogeant pour ce regard
empressement a la coutume de Bourgogne.
Arrivant la dissolution du futur mariage le
survivant aura et emportera avant tout
partage ses habits et linges servant a sa
personne en l’etat qu’ils se trouveront.
Et les choses ainsy conclues lesdites parties ont
promis se representer incessament en face

de notre mere ste eglise pour y recevoir la
benediction nuptialle a peine de dommages et
interets dont acte pour sureté les parties
obligent biens & Chancellerie & renoncant et
fait leu et passé en presence de Léonard Lafont marchand
demeurant a Lamarche amy du futur,
de Claude Funerau maitre scieur de long demeurant
a Auxonne, de Claude Lucan marchand à Auxonne
parain de la future son cousin issu de germain,
e Didier Henry employé dans les fermes du Roy
posté à Auxonne cousin de ladite future a cause de
sa femme, et se sont lesdits Clemence, Lafont et
Henry soussignés avec lesdits notaires, les futurs
et autres parents et amis ayant déclarés ne scavoir
signer de ce enquis la minute restée a Mourez l’un des
notaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *