1747 cm Douaire Jean-Baptiste – Maillard Antoinette

source: AD21 4E19 art. 40 Me Mourey

Pardevant les Notaires royaux
de la ville dAuxonne y residants soussignés le
vingt deuxieme doctobre mil sept cent quarente
sept apres midy audit Auxonne ont comparus en leurs
personnes Jean Baptiste Douaire fils mineur de feu
Claude Douaire scieur de long a Auxonne
procedant de l’autorité de Marie Janot sa mere
cy presente et lautorisant quant a ce dune part.
Et Antoinette Maillard fille mineure de feu
Jean Maillard huillier a Auxonne et d’Antoinette
Commeau ses pere et mere. Icelle Commeau cy
presente. Lesdits Antoinette Maillard et Antoinette
Commeau procedantes de l’autorité de Martin
Borer boucher a Auxonne mary de ladite
Antoinette Commeau cy present et les autorisant
quant a ce dautre part.
Lesquelles parties des avis et consentements de
leurs parents et amis cy presens assemblés ont
fait et font entrelles les traitté et convention de
mariage dont la teneur suit.
Seront lesdits Jean Baptiste Douaire et
Antoinette Maillard mariés uns et communs
en tous biens meubles et acquets quils ont

et auront suivant la coutume de ce pays et
Duché de Bourgogne.
Donnera le futur epoux a la future epouze des
bagues et joyaux en valeur de la somme de vingt
quatre livres le jour de leurs noces, des quelles
bagues et Joyaux ledit futur fait donnation
entre vifs a ladite future sujete a insinuation
aux frais dudit futur pour lesdits bagues et Joyaux
luy sortir nature de propre et dancien.
Sera douée la future epouse sur les biens dudit futur
au cas que douaire ait lieu d’un douaire divis et
prefixe de la somme de trente livres une fois payés
duquel douaire ledit futur fait donnation entre vif a ladite
future de ce enquoy il pouroit exceder le coutumier.
Ladite Marie Jannol mere dudit futur luy constitue en
dot les habits et linges servans a sa personne et les
outils de son metier de Bourelier, le tout en valeur
de la somme de deux cent livres, que ledit futur a
actuellement en sa puissance, de laquelle constitution
dotalle il en sera ameubly dans la communauté celle
de cinquante livres et le surplus sortira audit futur
et aux siens nature de propre et dancien comme
sil avoit fait tronc et double tronc en sa famille
en quelques mains que le tout puisse passer.
Ladite Antoinette Commeau mere de ladite future
procedante de lautorité dudit Martin Boret son
mary constitue en dot a ladite Antoinette Maillard
sa fille son trousseln consistant en habits, linges,
meubles effets en valeur de la somme de quatre

cent livres livrable par ladite Commeau le lendemain
des futurs noces, de laquelle constitution dotalle
il en sera ameubly dans la communaute celle de
cinquante livres, et le surplus sortira a ladite future
et aux siens nature de propre et dancien comme
sil avoit fait tronc et double tronc en sa famille en
quelques mains que le tout puisse passer.
Etant convenu que les constitutions cy dessus faites auxdits
futurs ne seront qu’en avancement des hoiries de leurs
meres.
Arrivant la dissolution du futur mariage le survivant
aura et emportera avant tout partage ses habits et
linges servant a sa personne en letat que le tout
se trouvera outre quoy si cest la future qui survive
elle emportera encore ses bagues et joyaux cy
dessus stipulés.
Se Reservent lesdits futurs toutes successions directes
ou collateralles pour sortir chacun en droit soy
nature de propre et dancien a lexception des
meubles qui demeureront confondus dans la
communauté derogeant pour ce regard a la Coutume.
Se reservent aussy lesdits futurs le pouvoir de
disposer lun au profit de lautre de tout
ou de partie de leurs biens par tels actes que
bon leur semblera derogeant expressement a la
Coutume de Bourgogne en ce quelle porte
de contraire.
Et les choses ainsy faites et conclues les parties
ont promis de se representer incessament en face
de notre mere Ste Eglise pour y recevoir la
benediction nuptialle a peine dinterets et depens

pour sureté elles obligent biens & Chancellerie &
Renoncant & fait et passé audit Auxonne
en letude de Mourey l’un desdits notaires auquel la
minute des presentes est restée en presence, de Jacques
Pecot charetier a Auxonne oncle du futur, de Pierre
André laboureur aux granges d’Auxonne beau frere
dudit futur, de Jacques Gousset tixerant en toille a
Auxonne, oncle du futur, de Claude Douaire tixerant
en toille audit Auxonne oncle du futur, de Claude Douaire
scieur de long audit Auxonne, cousin du futur, de Dame
Anne Raveneau veuve du sieur Jean Baptiste Rude
marchand a Auxonne y demeurante, d’Antoine
Laplume marchand bouvher audit Auxonne et sest
ledit futur soussigné avec Jacques Gousset, Claude
Douaire, tixerant ladite Dame Raveneau ledit Laplume et
ledit Martin Boret, ladite future, ladite Antoinette Comeau
et ladite Marie Jannot ayant declaré ne scavoir signer
de ce enquis ainsy que les autres parents et amis
cy dessus nommés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.