1747 vente maison par Robardet Catherine à Clerget François et sa femme

source: AD21 4E19 art. 40 Me Mourey

Pardevant les Notaires royaux de la
ville dauxonne y residants soussignés le dix neuf
de decembre mil sept cent quarente sept apres midy
audit Auxonne a comparue en sa personne
Catherine Robardet fille majeure demeurante
audit Auxonne la quelle a par les presentes vendu
a perpetuité pour elle et les siens a François
Clerget marchand Boulanger demeurant audit
Auxonne et de son autorité et a Simone Ragoy
sa femme procedante de son autorité cy
present et acquerans aussy a perpetuité pour
eux et les leurs une maison scituée audit
Auxonne rue du chenois ayant son aspect par
devant du soleil levant ladite rue du chenois
du couchant le couvent des St Peres Capucins
de cette ville de bize et de vent Jean Thielley
la quelle maison et dependances lesdits acquereurs
ont declaré bien connoitre pour l’avoir vue
visitée et reconnue, la presente vente ainsy
faite entre les parties pour et moyennant la
somme de seize cent livres en principal
et cinquante livres pour la chaine de ladite
vendresse

pour le payement de laquelle somme lesdits
acquereurs # ont par les presentes crée et constitué
a perpetuite pour eux et les leurs au profit de ladite
vendresse et des siens la vente annuelle et perpetuelle
de quatre vingt livres payable a chaque
jour premier de janvier dont le premier payement
commencera et sera fait le premier de Janvier de
lannée mil sept cent quarente neuf et ainsy
continueront lesdits acquereurs dannée a autre et de
terme en terme sans cesser jusqu’au parfait
payement et entier remboursement dudit capital
de seize cent livres, etant neanmoins convenu
que lesdits acquereurs rembourseront a ladite vendresse
une somme de quatre cent livres a compte dudit
capital cy dessus dans trois années a compter de la
datte des presentes moyennant quoy les interets
diminueront a proportion et ne pouront lesdits
acquereurs faire aucun remboursement dudit
capital qu’en especes d’or et d’argent ayant cours
et non en billets de banques ou autres effets royaux
quelque cours quils puissent avoir dans le commerce
non obtant tous edits, arrets et declarations du
Roy a ce contraires au benefice des quels
lesdits constituans ont expressement renoncé et
renoncent des a present, ne pouront aussy lesdits
acquereurs faire aucun remboursement que
trois mois avant tous decrys ou diminutions

despeces a peine par eux de supporter la
diminution qui pourroit dans ledit interval arriver plus les
especes remboursées etant convenu que les loyers
courans Jusqu’au douze de fevrier de lannée
mil sept cent quarente huit, apartiendront a ladite
vendresse les cinquantes livres pour la chaine ayant
eté presentement payées par lesdits acquereurs a ladite
vendresse en especes d’argent ayant cours de ce
jour presence desdits Notaires dont ladite vendresse a dit
etre contente et satisfaite et au moyen de ce que
dessus ladite vendresse sest par les presentes devetue
et devet de ladite maison et dependances et en a
… et … lesdits acquereurs aux quels elle en
promet toute consuite et garantie necessaires envers
et contre tous, dont acte pour surete les parties
obligent generallement tous leurs biens present
et avenir et speciallement ladite maison et
dependances lesdits acquereurs les leurs jout la clause
solidaire.
le tout par la Cour de la chancellerie & Renoncent &
fait, leu et passé audit Auxonne en letude de
Mourey l’un desdits Notaires auquel la minute des
presentes est restée et se sont les parties soussignés
a lexception de ladite Ragoy qui a declaré ne scavoir
signer de ce enquise, # solidairement lun
pour lautre l’un deux seul pour le tout
et sans division.
Ce renvoy demeure aprouvé a la troisieme
ligne de la seconde page ainsy que les

ratures de la derniere ligne de la premier page
et de la premiere ligne de la seconde page
les mots dans ledit interval en interligne de la seconde
page demreurant aprouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *