1748 cm Acard Gabriel – Trouillard Bénigne

source: AD21 4E18 art. 7 Me Ponteney

Pardevant le Notaire Royal de la ville
d’auxonne y Residans soubsigné et en presence des
tesmoins cy apres nommés Cejourdhuy six
juin mil sept cent quarente huit avant midy
au village de Flammerans Ont comparus en leurs
personnes Gabriel Acard laboureur demeurant aux Granges dudit auxonne
ayanat deja eté marié dune part.
Benigne Trouillard veuve en derniere noce de Jacque Bernard
en son vivant laboureur audit Flammerans y demeurante.
Lesquelles Parties des avis et consentement de leurs parens
et amis Cy presens assemblés, ont fait, et font entrelles les
traitté, accord, et alliance de mariage ainsy que sensuit.
Ascavoir que les futurs Epoux et Epouse seront et
demeureront conjoints unis et associés par Ensemble apres
avoir Receu la Benediction Nuptialle suivant la generalle
coutume de ce pays et duché de Bourgogne quest par moitié
meubles, acquets et conquests quils ont et feront pendant leur
futur mariage.
Se depart ladite future de tout douaire divis et coutumier
Donnera ledit futur a ladite future des Bagues et Joyaux
pour le jour de la celebration des futures noce jusque en
valleur de la somme de dix livres qui sortiront a ladite future
nature de propre et ancien.
Se Marie ledit Acard pour tous generallement
quelconque ses Biens consistant dans ses meubles et effets, bestiaux
grains ensemencés et autres, hardes, linges, et habits servans
a sa personne en valleur de la somme de six cent
livres le tout veu et Reconneu par ladite future qui a dit
en etre contante.
A legard de ladite future elle se constitue pareillement en
dotte, la somme de six cent livres consistant aussi
en ses meubls et effets bestiaux, grains ensemencés, hardes

linges et habits servans a sa personne aussi veu et
reconnue par ledit futur qui a dit en etre contant.
Sur lesquelles constitutions dotalles Respectives des
futurs il est convenu quil en sera par eux amubly et
confondu au proffit de leur futur communauté pour fonder
icelle chacun en droit soit la somme de deux cent livres,
et pour le surplus il leur sortira et au leurs, chacun de leur
costé et ligne naturelle de propre et ancien comme si
le tout des fonds aussi anciens qui eussent fait tronc
et double tronc dans leurs familles en quelques mains
que le tout puisse passer.
Dissolution arrivant de la future communauté, le
survivant des futurs aura prendra emportera avant tout
partage une chambre garnie composée dun lit garnie
dune paire dermoire, dune table, six chaises, et autres effets
en valleur de la somme de deux cent livres ou ladite somme a son
choix outre quoy si cest ladite future qui survive icelle
prelevera encore ses Bagues et joyaux ou pour iceux dix
livres aussi a son choix avec ses hardes linges, et habits
servans a sa personne, et si cest ledit futur qui survive il
Prelevera des outils de sa profession de laboureur pour
pareille somme de dix livres ou lesdits outils a son choix
ensemble ses hardes linges, et habits servans a sa personne.
Estant convenues entre lesdits futurs que chaucun deux
payera ses debtes contractés avant le futur mariage sans que
les Biens de lun puisse etre pris pour les debtes de lautre.
Comme encore qu’Antoinette Acard fille du futur
quil a eu de son mariage avec feue Anne Detrait, sera logé
nourie elevé et entretenue aux frais de la future communauté
jusque lage de majorité ou de mariage auquel tems il
luy sera Reglé par ledit futur les biens qui peuvent
luy Revenir du chef de sa mere a lexeption de ceux
dont ledit futur a lusufruit confromement au testament

de ladite Detait Recu ledit soussigné Notaire le vingt sept
octobre mil sept cent quarente sept controllé insinue audit
auxonne cejourdhui par Salafon.
Se Reservent lesdits futurs Epoux et Epouse le pouvoir
et puissance de disposer au proffit lun de lautre de toutte
ou de partie de leurs Biens soit par testament codicil, traitté
donnation, ou autre disposition de derniere volonté que Bon leur
Semblera derogeant expressement pour se Regard a ladite
Coutume de Bourgogne suivant laquelle le surplus du
present acte demeure Reglé en ce qui peut etre obnis.
Se Reservent Encore lesdits futurs touttes Successions tant
directe que collateralle, ensemble tout dons et legs qui
pouront leur avenir ou succession pour leur sortir a eux nature
dancien propre comme dessus dont ils porront pareillement
disposer chacun en droit soit, a la Reserve des meubles meublans
qui demeureront confondus dans leur future communauté.
Et les Choses ainsi faitte Reglés et conclues, lesdits futurs
ont promis et promettent Respectivement Se Representer
Incessament en face de notre Mere Ste Eglise pour y Recvoir
la Benediction Nuptialle a peine dinterets et depens pour
surete de quoy ils obligent leurs Biens par la cour de la Chancelerie &
Renoncante é fait leu et passé audit Flammerans en la maison
et Residance de ladite future En presence de Claude Robardet
laboureur demeurant audit Flammerans beaupere du futur, de Joseph Acard
laboureur audit lieu frere dudit futur, de Jean Detrait aussi laboureur au
meme lieu beaufrere dicelui, des Sieurs Claude et Jean
Jacques Robardet marchands aux granges dudit Auxonne aussi
beauxfreres dudit futur, de Claude Bertaut laboureur audit Flammerans
cousin germain diceluy futur, de Pierre Trouillard laboureur auxdites
granges dauxonne pere de ladite future; Et de Jean Lagrangé
laboureur audit Flammerans cousin germain a ladite future
de Denis Geneu marechal demeurant audit Flammerans et de
Jean Baptiste Sautel huissier au baillage dudit

auxonne tesmoins requis et soussignés avec ledit
Acard futur et les autres parens et amis le scachant faire
les autres de meme que ladite Trouillard future en ont declares
ne scavoir signer de ce enquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *