1748 cm Malarbet Pierre – Galois Claudine

source: AD21 4E18 art. 7 Me Ponteney

Pardevant Les Notaires Royaux
de la ville d’auxonne y Residant
soussignés Cejourdhuy premier septembre
mil sept cent quarante huit, avant Midy audit
Auxonne, Ont Comparus en leurs personnes
Pierre Malarbet Maitre Charon demeurant en
la Même ville, ayant deja esté marie d’une part.
Claudine Galois veuve de Louis Pourveau en son
vivant jardinier audit Auxonne y demeurante d’autre.
Lesquelles Parties des avis et consentement de leurs
parents et amis Cy Presens assemblés ont faits
et font entre elles, les traité, accord, et alliance de
Mariage dont la teneur suit.
Scavoir que les futurs Epoux, Et Epouse, Seront et
Demeureront conjoints, unis, et associés, par ensemble
apres avoir Recu la Benediction nuptialle suivant
la generalle Coutume de Ce pays et Duché de Bourgogne,
qu’est par Moitie Meubles, acquets, et conquests quils
ont et feront pendant leur future communautée.
Demeure Doué la future sur les biens du futur au
cas que douaire ait lieu d’un Douaire Divis et
Prefix de la somme de vingt quatre livres, une seulle fois
payée sans qu’elle puisse pretendre daucun autre Douaire
et ou iceluy Douaire divis excederoit le coutumier en
ce cas ledit futur fait a ladite future acceptante donnation
entre vif du surplus, en faveur du futur mariage, quil
promet de faire insinuer dans son tems.

Soblige ledit futur de donner a la ditte future
des Bagues et joyaux pour le jour de la célébration
des futures noces en valleur de Douze livres, qui
demeureront en propre a ladite future, et qui luy
sortiront nature d’ancien.
Se Constitue en Dot ledit futur, pour la totalité e
tous ses Biens, qui ne consistent, qu’en ses meubles
et effets, hardes, linges et habits servans a sa personne
en valleur de la somme de deux cent livres veus et Reconnus
par la ditte future.
A LEgard de laditte future, elle se constitue pareillement
en dot pour la totalité de tous et un chacun ses Biens
la somme de quatre cent livres, qui consistent en argent
monoyé, ses meubles et effets; hardes linges et habits
servans a sa personne et veu et Reconnus
par ledit futur qui a dit en etre content et satisfait, pour
les avoier veu et Examiné, et tenir le tout en sa puissance.
Sur lesquelles constitutions dotalles Respectives des
futures, il est convenus, quil en sera par eux ameubly
et confoncus au proffit de leur communauté, pour fonder
icelle chacun en droit soit la somme de trente livres,
et quant au surplus, il leur sortira et aux leurs chacun
de leur coté et ligne nouvelle de propre et ancien, comme
sy cetoient des fonds aussy ancien, qui eussent faits
tronc et double tronc dans leurs familles en quelques
mains que le tout puisse passer.
Estant convenus entre lesdits futurs, que chacun deux
payera ses dettes contractes avant le futur mariage
sans que les Biens de l’un Puissent estre pris pour les
debtes de l’autre.

Estant encore convenus entre lesdits futurs, …
expressement; que comme Pierrette Galois soeur de la
future est depuis plusieurs années avec laditte future
pour laquelle elle a toujours travaillé sans arriver
aucunes choses de sexprimer que sa …, et qu’elle
luy a laissé le fruit de ses travaux, qu’icelle Pierrette
Galois Residra avec lesdits futurs; sera nourie, couchée,
entretenues, Blanchie, et chauffée aux frais de la future
communauté, pendant sa vie naturelle durante; moyennant
quoy elle travaillera et aidera comme … cy … fait
ladite future, Dans tous les ouvrages de ladite communautée
et pour lutillité dicelle sans laquelle condition le present
acte ny le futur mariage n’auroit esté fait.
Dissolution arrivant de la Communion, le survivant des futurs aura
prendera, et prelevera avant tout partage, un lit garny une paire
darmoire, et autres effets en valleur de cinquante livres, en laditte
somme à son choix, avec ses hardes, linges et habits servans a
sa personne, ainsy que le tout se trouvera pourtant, outre quoy ladite
future prelevera encore ses Bagues et joyaux ou pour iceux la somme
de douze livres a son choix; Et sy cest ledit futur qui survive; il
prelevera aussy ses outils de sa profession pour par icelle somme
de douze livres, ou lesdits outils; aussy a son choix.
Se Reservent lesdits futurs Epoux et Epouze, le pouvoir et
puissance de disposer au proffit lun de lautre, de tout ou de
partie de leurs Biens, soit par testament, codicils
donnation, ou par tels autres actes de derniere volonté
que Bon leur semblera, dérogeant expressement pour ce
regard a ladite Coutume de Bourgogne en cequelle peut y estre
contraire, suivant laquelle le surplus du present traitté
demeure Reglé, un ce qui peut y etre contraire.
Se Reservent encore, lesdits futurs, touttes successions
tant directes que collateralles, ensemble dont et … qui

Pouront leur arriver ou Echoir, pour leur surtée même
nature d’ancien propre et comme dessus, d’esquelles ils pouront
pareillement disposer chacun en droit soit ainsy quils aviseront
estre à faire, a la Reserve des Meubles Meublans, qui entreront
et demeureront confondus dans leur ditte communautée.
Et les choses ainsy faitte, Reglées et conclues, lesdits futurs epoux
et Epouze, ont promis et promettent Respectivement de se
Representer, en face de Notre Mere Sainte Eglise, pour y
Recevoir la Benenediction nuptialle, a peine de tous depens
dommage et interests, pour sureté de quoy ils obligent
leurs biens, par la cour de la chancelerie & Renoncant &
fait lu et passé audit Auxonne en letude de Ponteney l’un
desdits notaires qui a conservé la Minute de cette, en presence
d’Antoine Perelle Bourgeois demeurant audit Auxonne gendre du
futur, de Didier Henry marchand en ladite ville cousin germain audit futur
a cause de Marie Paellonne ? sa femme, du sieur Claude Rousseau
charon de l’artillerie au Departement Dalemagne demeurant en cette ville
du sieur Antoine Laplume marchand audit Auxonne amis des futurs
Du sieur Benoit Pignot aussy marchand en ladite ville, et de Mlle
Jeanne Gauchery son epouse aussy amie desdits futurs, et de Pierre
Chamant huillier audit lieu aussy amis desdits futurs; temoins
Requis et soussignés quant aux dits futurs ils ont declarerent
seavoir signer de ce enquis, ce qui demeure estre fait expressement de
Jacques Nicolas gendre desdits futurs, qui ne signe enquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *