1760 cm Godin Pierre – Piron Marguerite

source : AD21 4E20 art. 25 Me Louhet

L’an mil sept cens soixante
le seize decembre apres midy au
village de Flagey pardevant le notaire
Royal de la ville d’Auxonne y residant
soussigné et en presence des temoins cy apres
nommés furent presens en leurs personnes
Pierre Godin fils majeur de Claude Godin
laboureur a Flagey cy present et l’autorisant
en tant que besoin seroit pour le fait des presentes
et de feue Anne Gay d’une part.
Et Marguerite Piron fille aussy majeure de
deffunts Claude Piron agent de Monsieur le
Marquis de Laperriere, Et de Françoise Bretin
d’autre Part.
Lesquelles Parties de la prédite authorité et desavis
et consentement de leurs autres Parens cy Presens
Cette Part assemblés et cy après denommés, ont fait
et font entre elles les Traités aillances et accord de
mariage qui suivent.
Seront les futurs uns et communs en Tous Biens
meubles quils ont et acquets qu’ils feront
pendant et constant leur futur communauté,
suivant la Generalle Coutume de ce pays et Duché
de Bourgogne.
Donnera le futur a la future epouze des Bagues et
Joyaux pour la celebration du futur mariage en
valleur de la somme de Cent cinquante livres qui
luy Demeureront Propres et aux siens.
Se Marie le futur Pour ses Biens Paternels a eschoir

et maternels Echus, En avancement desquels ledit
Claude Godin pere du futur luy Constitue en Dot
de mariage la somme de trois Cens qu’il luy
payera le lendemain des futures nopces et une
vache ou pour icelle la somme de trente six livres
au choix dudit Godin pere, outre ce promet de
l’habiller d’habits nuptiaux et de luy fournir ses frais
de festin, lesdits festin et habits nuptiaux en valleur
de trois cens livres, luy constituant encore en
dot de mariage le tier dans les trois maisons
jardins, vergers et vignes etant dans les enclos des dittes
maisons. Enquoy que le tout puisse constituer,
circonstance, Et dependances appartenantes audit
Godin et a se femme scituées au village dudit
Flagey pour Estre Partagées a lamiable entre ledit
futur, Claude et Jacques Godin ses freres enfans
mâles desdits Godin et Gay pour Estre par lesdits
Claude, Pierre, Et Jacques Godin prises et
apprehandées et en faire leur proffit sitost apres
le Deces dudit constituant avant tout Partage
dans tous les Biens de la succession dudit Godin
pere et de sa femme, a la charge par lesdits Claude
Pierre, et Jacques Godin de payer audit tems
la somme de six cens livres entre les trois a Louise,
Anne Godin et aux enfans et heritier de Laurence
Godin leurs trois soeurs, qui est pour Chacune de
Deux Cens livres, aumoyen desquelles six cens

livres lesdittes Louise et Anne Godin
et les heritiers de ladite Laurence Godin
n’auront aucunes choses a repeter apres
le deces dudit Godin pere dans les trois maisons,
jardins et vergers, pour vignes et autres choses en
dependant et a legard des autres Biens desdits Godin
et Gay pere et mere il courent qu’ils soient
partagés apres son deces entre tous leurs enfans
par Egalle portion conformement aux contrats de
mariage d’iceux.
Se Marie la future Pour ses droits Paternels et
maternels Echus pareils a ceux de ses soeurs, Et pour
l’Egalles aux Deux cens livres qui auvaient etés
constituées a ses soeurs aprendre sur des maisons elle
se constitue pareille somme de deux cens livres
aprendre sur une maison scituée a laperriere en la
rue d’Enbas; deux cens livres concistant en une
somme de soixante et douze livres qu’elle a reçue en
trousselle suivant le partage passé aves ses soeurs
pardevant Godard notaire royal a St Jean de Losne le
quatre fevrier dernier controllé le treize du même mois
par Legrand, et cent vingt huit livres a prendre
sur les loyers de laditte maison admodiée a Claude
Buffet Boucher audit Laperriere pour legalle
apareille somme constituée encore a sesdittes soeurs
aprendre sur les loyers desdittes maisons se constitue

encore laditte future une soiture de preys et
prairie de Laperriere lieudit auprey au Juif
joignant de Bize les prêtres familiers d’Auxonne
devent le Buisson du murer, du levant le seigneur
de laperriere un fossé entre deux, et du couchant
encore le mesme seigneur, En valleur de la somme de
deux cens livres, et Cent livres en un troussel en
provenance de ses Epargnes, laditte constitution
formant en tout la somme de sept cens livres.
Sur lesquelles constitutions Chacun des futurs
ameubliera dans la future communauté la
somme de vingt livres et le surplus leur sortira
Et aux leurs nature d’anciens comme si le tout avoit
fait tronc et double tronc dans leur famille en
quelque main que le tout puisse passer soir en
ligne directe ou collateralle.
Se Reservent lesdits futurs Epoux et Epouze toutes
successions Directes et collateralles pour leur sortir
pareille nature d’anciens a l’exeption des meubles
meublans qui seront confondus dans la future
communauté.
S’il se vent ou allienne quelques Biens anciens des
futurs le remplacement s’en fera sur la
communauté si elle est utille et ou elle ne la seroit
sur ceux du futur pour ceux de la future seulement.
Sera Douhée la future au cas que Douhaire

ayt lieu d’un douhaire divis et préfix de la somme
de dix livres annuellement rachetable en
la somme de cent livres une seule fois payée
au choix des héritiers du futur lequel en Cas
qu’il excederoit le coutumier luy en fait
Donnation sujet a insinuation a peine
d’interrêts pareils a la somme même.
La Dissolution du futur mariage arrivant
le survivant prelevera et emportera avant tout
partage les habits et linges servans a sa personne
avec sa chanmbre garnie ou pour icelle la somme
de quarente livres a son choix outre et independamment
des Bagues et joyaux de l’Epouze.
Se Reservent lesdits futurs Epoux et Epouze le
pouvoir et la faculté de disposer en faveur l’un de
l’autre de tout ou de partie de leurs Biens meubles
et immeubles anciens et d’acquêts reciproquement
ou sans reciprocité par tels actes que Bon leur
semblera derogeant pour ce regard a la coutume
de ce pays et duché de Bourgogne en ce qu’elle peut y
estre contraire.
Le surplus du present traitté non exprimé
demeurera Reglé suivant la ditte coutume.
Se fait lesdits futurs Epoux et Epouze ont
promis de se Representer incessamment et le
plutost que faire se pourra en face de
notre mere sainte eglise pour y recevoir

la Benediction nuptialle a peine de tous
depens Dommages et Interrêts, Dont acte
pour Seureté duquel les parties obligent leurs
Biens par la cour de la Chancellerie & renoncent
& fait leu et passé les jours et an susdit en la
maison ou reside Claude Godin fils laboureur audit
Flagey frere du futur et en sa presence, de Jacques
Godin laboureur aux Granges D’Auxonne frere audit
futur, de Pierre Gautet aussy laboureur auxdittes
granges Beau frere audit futur, de Anne Godin soeur
audit futur et femme de Denis Groze laboureur a St Seigne
en Bache, et de Claude François Amiot maitre menuisier
a St Jean de Losne Beau frere a la future a cause
d’Anne Piron sa femme, de Jean Lamblot manouvrier
a Flagey, et de Denis Gelée garçon majeur
demeurant audit flagey ses deux derniers temoins
requis et soussignés avec les parties le sachant faire
et moy ledit notaire et quant aux autres ils ont declarés
ne savoir signer de ce enquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.