1766 cm Racle Etienne – Chanciau Agathe

source: AD21 4E18 art. 15 Me Serdet

Pardevant les notaires royaux de la
ville d’Auxonne y résidant soussignés cejourd’hui
dix neuf may mil sept cent soixante six avant
midy audit Auxonne ont comparus en leurs
personnes Etienne Racle manouvrier demeurant
à Thillenay d’une part.
Et Agathe Chanciau veuve de Pierre Maire
manouvrier a Villers les Pots y demeurante d autre
part.
Lesquelles parties ont faits et font entrelles, les
conventions de leur mariage ainsi que suit.
Seront lesdits Etienne Racle et Agathe Chanciau
mariés unis et communs en tous biens meubles quils
ont acquets et conquets qu’ils feront pendant leur
futur communauté a la forme de la coutume de
Bourgogne.
Donnera le futur Epoux a la future Epouse des
bagues et joyaux pour le jour de leurs noces en valeur
de la somme de trente livres dont le futur fait
donnation entre vif a la future acceptante pour
lui sortir et aux siens nature dancien.
Sera doué la future Epouse sur les biens du futur Epoux
au cas que douaire ait lieu
dun douaire divis et prefixe d’une somme de

dix livres une fois payée dont le futur fait
egallement donnation entre vif a la future acceptante
laquelle se deport de tous plus amples douaires, lesdits
deux donnation sujette a insinuation aux frais du
futur a peine de dommages et interets regles a la chose
même.
Se constitue en dot ledit futur la somme de quatre cents
quatre vingt livres consistante en habits linges meubles
effets bestiaux le tout en valeur de ladite somme non
compris dans ladite constitution pareille somme qu’il
a encore en sa puissance et quil doit a ses enfants mineurs
de son premier mariage avec defunte Jeanne Perret
letout vu et reconnu par la future et ses parents qui
en sont contents.
Se constitue en dot ladite future la somme de cent
quatre vingt livres consistante en habits linges troussel
lit garni armoire et autres effets letout en valeur
de ladite somme aussi vû et reconnue par le futur
et ses parents qui en sont contents.
Sera ameubli et confondu par les futurs sur
chacune des constitutions cy dessus, la somme de
trente livres quant au surplus de leurs constitutions
il leur sortira et aux leurs chacun en droit soy nature
d’ancien.
Arrivant la dissolution du futur mariage le
survivant aura et emportera avant tout partage ses
habits et linges servants a sa personne en letat qu’ils
se trouveront avec un lit et chambre garnie aussi
en letat qu’ils se trouveront ou pour iceux lit et
chambre garnie une somme de cinquante livres au
choix du survivant.
Se reservent lesdits futurs touttes succesions directes ou

collateralles qui pouront leur arriver pour leur sortir
et aux leurs chacun en droit soy nature d’ancien a lexeption
des meubles desdites succetions qui seront ammeublis et
confondus dans ladite communauté.
Se reservent aussi lesdits futurs le pouvoir et la faculté de
disposer au proffit lun de lautre de tout ou de partie
de leurs biens soit en propriété ou en ursurfruit soit
entre vif ou à cause de mort par tels actes que bon leur
semblera derogeant expressement pour cet article ainsi
que pour le precedent a la coutume de Bourgogne en ce
quelle peut y portée de contraire.
En faveur du futur mariage le
futur fait par les presentes donnations entre vif a la future
acceptante de lusufruit pendant sa vie naturelle durant
dune chambre basse à cheminée dependant d’un
batiment appartenant au futur à Thillenay a prendre
du coté de vent de la portion de maison en entier aisances
et dependances appartenant audit futur au lieu de
Thillenay ladite portion de maison etant en valeur de
trois cents livres pour apres ledit usurfruit finy ladite
portion de maison retrourner aux héritiers du futur.
Et les choses ainsi reglées les parties ont promis se representer
incessament en face de notre mere Ste Eglise, pour y
recevoir la bénédiction nuptialle a peine dinterets et
depens. Dont acte pour sureté les parties obligent biens
& Chancellerie & Renoncant & fait lu et passé audit
Auxonne en letude de Serdet lun desdits
notaires, auquel la minute est restée en
présence d’Etienne Racle laboureur à Mailly leglise
cousin germain du futur, de François Meulson
laboureur à Thillenay beau-frêre du futur, Jeanne
Chabet veuve de Jean Chanciau manouvrière
à Villers les Pots mère de la future, François

Chanciau manouvrier audit lieu frêre de la future
Jean Baptiste Colin manouvrier audit lieu beau frere
de la future a cause de Claudine Chanciau sa femme
et se sont lesdits Jean Baptiste Colin et François Chanciau
soussignés quant aux autres paties et parents ils
ont déclarés ne savoir signer de ce enquis.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.